Pourquoi Intouchables est-il un film incontournable ?

décembre 19, 2011 dans Pause Ciné, Pause culture

Vous n’avez pas pu le manquer, on en parle sur toutes les chaînes de radio et de télévision, dans tous les journaux on fait des critiques élogieuses, Intouchables est bien LE film du moment mais comment expliquer les raisons d’un tel succès ?

La clé des acteurs

Comment rester insensible au charme ravageur d’Omar Sy, et à l’attachante sincérité de François Cluzet. Car oui, Intouchables repose bel et bien sur ses acteurs. Il est très probable qu’avec des acteurs inconnus, le même film serait sorti dans l’anonymat. De plus, avouons-le, ils jouent tous les deux à la perfection. Bien qu’Omar reste dans son registre, tout en y ajoutant une certaine poésie, un certain naturel, la performance de Cluzet est admirable, car on y croit. Et les gens ont envie d’y croire, sinon le cinéma ne serait plus du cinéma. Ainsi, Olivier Nakache et Eric Todelano gagnent leur paris, en donnant le premier rôle deleur film, à des acteurs déjà connus du grand public.

Rire

En 2011, rire c’est important. C’est important parce que c’est la crise, parce que les gens en ont marre, et parce qu’il faut éliminer le stress accumulé lors de ces longues journées de bureau. Alors les gens vont au cinéma et n’ont pas envie de voir des films sérieux où pendant 2h30 des gens pleurent la mort de leur enfant de 8 ans écrasé par une voiture alors qu’il rentrait de l’école à 18h après être allé faire les courses parce que maman travaille de nuit et que papa est alcoolique. Tout ceci est évidemment caricaturé mais pas dénué de sens. Les gens ont envie de respirer, de sortir avec le sourire aux lèvres en se disant que la vie n’est pas si nulle que ça, qu’il y a encore de l’espoir. Et là, il faut avouer que notre cher Nakache fait fort, parce que du début à la fin, on rigole, parce qu’Omar Sy fait l’idiot, mais aussi parce qu’on est ému, de cette complicité.

 

Un sujet touchant

Notre société vit encore aujourd’hui sur des tabous. On ne parle pas du handicap comme on parlerait de Monsieur René, le boucher du coin. Toujours traité avec beaucoup de sérieux et de gravité, ce sujet, avouons-le, fait peur, gêne. Et pour une fois, on en parle sans crainte, « sans pitié » pour reprendre une des répliques. Et si la solution était justement là ? Ne pas stigmatiser, regarder la vérité en face, voilà le maître-mot et le public adore. De plus, le fait que ce soit une histoire vraie touche particulièrement. La fiction dépasse la réalité, redonne confiance. Oui, la solidarité existe, et ça met un peu d’espoir dans nos maisons en ces périodes d’égoïsme profond. Rappelons également qu’une part des bénéfices du film est reversée à une association qui lutte pour les handicapés, de quoi faire une bonne action, tout en passant un bon moment…

 

Et pour ceux qui auraient raté la séance, Intouchables est encore diffusé dans beaucoup de cinéma de France, et ça vaut le coup !

Garance.